mercredi 13 mars 2013

L'interview du mois #3 : Philippe Ward 2/2


L'interview du mois #3 : Philippe Ward 2/2Vous attendiez avec impatience la deuxième partie de l'interview de Philippe Ward, la voici !

Découvrons maintenant :
Philippe Ward, l'auteur.






As-tu toujours eu envie d’écrire ? A quel âge as-tu commencé ?

Non, je ne pense pas avoir eu envie d'écrire depuis toujours, par contre je lis depuis toujours, ou du moins pratiquement depuis que je sais lire. J'ai commencé avec Oui-Oui (c'est de la SF) puis le Club des 5 et le Clan des 7 (c'est du polar) et puis j'ai trouvé mon bonheur avec Bob Morane, je devais avoir 12 ans, depuis je n'ai pas arrêté. L'écriture est venue après avoir lu un roman de la collection épouvante chez J'ai Lu. J'ai oublié le titre et l'auteur, mais en le refermant, je me suis dit, je peux faire mieux, je peux écrire un roman fantastique. Alors je me suis mis à l'écriture de ce roman et je me suis rendu compte que non, je ne pouvais pas faire mieux et que c'était un vrai métier. J'ai mis 10 ans pour écrire ce roman : Artahe et plus de 10 ans après je vais le rééditer chez la Rivière Blanche, dans une nouvelle version.  Mais aujourd'hui l'écriture, pour moi, reste une passion, un plaisir. Si, à une époque, j'ai pensé à en faire mon métier, cela n'a pas duré longtemps, et maintenant j'écris pour le plaisir.


Comment procèdes-tu pour écrire un roman ? Laisses-tu libre cours à ton imagination ou écris-tu au préalable un plan détaillé des actions, une description des personnages, leur histoire… ?

Tout dépend. Quand j'écris avec Sylvie Miller,là nous établissons un scénario détaillé, car on ne peut pas laisser libre cours à notre imagination, il faut que cela soit carré pour écrire à 4 mains. En solo, j'ai un synopsis et parfois je laisse libre cours à mon imagination, mais c'est de plus en plus rare, j'écris une fiche bio sur mes personnages, avec des éléments qui peut-être n’apparaîtront pas dans le roman. Au départ trouver l'idée, les lieux, puis l'intrigue, les personnages, ensuite le scénario, l'écriture et le travail. Comme je le dis, écrire c'est 10 % d'imagination, 90 % de travail. J'écris quand j'en ai envie, quand cela me titille  n'ayant vraiment pas de deadline pour mes écrits, je ne me force surtout pas. Je veux que l'écriture reste un plaisir. Même quand c'est du travail, même quand je m'arrache les cheveux sur un passage. Je ne me dis pas, aujourd’hui tu dois écrire cinq mille signes, aujourd'hui tu écris à partir de neuf heures. C'est un choix. En plus après une journée ou une semaine de travail, je n'ai pas toujours envie d'écrire, je préfère regarder un match de rugby à la télé. Sans parler du temps passé à m'occuper de la Rivière Blanche et à faire travailler certains auteurs.


Le Champ de Montségur écrit  avec Sylvie Miller n’est plus disponible. Penses-tu le faire rééditer ?

Le chant de Montségur a un certain âge et, grâce à Eric Boissau, nous allons, avec Sylvie, le reprendre cet été et ensuite nous verrons pour trouver un éditeur. C'est un roman qui nous touche beaucoup, c'est le premier, et nous pensons qu'il a un potentiel certain. Nous restons toujours passionné par le catharisme. Et c'est bientôt le 16 mars..... Date fatidique pour le catharisme.... Avis aux amateurs, éditeurs et lecteurs.


J’ai trouvé le premier tome de  Lasser, Détective des dieux très original et intéressant. Comment avez-vous eu cette idée ?

J'avoue que je ne sais plus. Par contre, ce livre est l'aboutissement de nos passions : le polar - l’Égypte - la fantasy. Au départ nous voulions écrire une nouvelle sur l’Égypte  avec du polar, mais notre amour pour la fantasy a été si fort que nous avons mélangé les 3, cela a donné une nouvelle : pas de pitié pour les pachas. Le monde que nous avons créé, les personnages, cette alchimie a fait que nous avons décidé de continuer à explorer cet univers, cela a donné 2 autres nouvelles et puis petit à petit, sous l'influence de l'éditeur Critic, nous avons repris les 3 nouvelles, rajouté 2 autres inédites pour donner un roman : Un privé sur le Nil. Et dans la foulée nous avons écrit Mariage à l'égyptienne qui vient de sortir, toujours chez Critic. Là, nous travaillons sur le tome 3.


Quelle est ton actualité littéraire ? Où les lecteurs des mondes imaginaires peuvent-ils avoir la chance de te croiser dans les prochains mois ?

La sortie le 14 mars de Mariage sur le Nil aux éditions Critic, ensuite cet été, la réédition d'Artahe aux éditions Rivière Blanche. Je termine aussi avec François Darnaudet et Gildas Girodeau le tome 2 de notre fantasy catalane : Xavi El Valent dont le titre sera De Barcelone à Montségur.
On me verra à rue des livre à Rennes le 16 et 17 mars. Puis aux Imaginales d'Epinal. Et dans certain salons régionaux comme Pamiers et Tarascon sur Ariège.



Merci Philippe et à bientôt.

J'espère que vous avez apprécié cette interview. 
Retrouvez, chaque mois, l'interview du mois sur les Mondes Imaginaires !




Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...