lundi 27 janvier 2014

L'Étrange affaire de Spring Heeled Jack - Mark Hodder

L'Étrange affaire de Spring Heeled Jack - Mark Hodder
L'Étrange affaire de Spring Heeled Jack
Mark Hodder

Londres, 1861.
Sir Richard Francis Burton
Un grand explorateur et un érudit de talent. Sa réputation a été salie et sa carrière ruinée. Il est dans de sales draps.
Algernon Charles Swinburne
Un jeune poète prometteur et avide de sensations fortes, disciple du marquis de Sade. Le cognac causera sa perte. C’est le cadet de ses soucis.
Les deux hommes sont au cœur d’un empire déchiré par les conflits. D’extraordinaires machines envahissent un monde soumis à des lois des plus répressives. Tandis que certains défendent une société fondée sur le génie créateur, d’autres repoussent les limites de la conscience en ayant recours aux drogues, à la magie et à l’anarchie.
Lorsque des loups-garous terrorisent l’East End londonien et que des jeunes filles deviennent la proie d’une effroyable créature nommée Spring Heeled Jack, le duo n’a plus d’autre choix que d’agir. Au plus vite.
Tous deux se trouvent confrontés à l’un des événements les plus décisifs de cette époque. Mais la pire de leurs découvertes pourrait bien provoquer la fin du monde tel qu’ils le connaissent…
Quand une poignée d’hommes changent l’Histoire,
l’Histoire change tous les autres.

A Londres, au milieu du XIXeme siècle, Sir Richard Francis Burton se prépare à un débat sur la source du Nil contre son adversaire et ex-ami John Hanning Speke. Un message arrive... Ce dernier a été victime d'un grave accident, il a été transporté mourant à l’hôpital.
Sir Richard Burton décide alors de lui rendre visite pour faire la paix avec lui. Mais Speke est enlevé et Burton se retrouve enquêteur pour le roi. Il va alors plonger dans les bas-fond de Londres pour découvrir le fin mot de l'histoire.

Bragelonne a inauguré l'année dernière le "mois du cuivre". Il consiste à publier des livres de Steampunk dans des éditions de luxe. Et il faut reconnaître que les 3 ouvrages publiés en mai 2013 sont de superbes objets : coins arrondis, tranches dorées et magnifiques couvertures. J'en ai acheté deux et L'Étrange affaire de Spring Heeled Jack est le premier que je lis.


L'Étrange affaire de Spring Heeled Jack - Mark Hodder

Il était temps car le mois du cuivre revient en 2014 et j'ai bien l'intention d'enrichir ma bibliothèque avec New Victoria.
L'Étrange affaire de Spring Heeled Jack - Mark Hodder

Mais revenons à L'Étrange affaire de Spring Heeled Jack. Dans la première moitié du livre nous faisons connaissance avec Sir Richard Burton et avec une Angleterre victorienne décalée. La reine Victoria y a été assassinée avant son couronnement. La technologie a évolué pour devenir omniprésente. On y rencontre donc des machines toutes plus étonnantes les unes que les autres. J'ai trouvé cette partie "découverte" du livre passionnante. L'auteur prend le temps de bien mettre en place son univers, et Burton est un personnage fascinant, complexe et non dénué d'humour.

«- Quoi? Quoi ? Etes-vous en train de me dire que Spring Heeled Jack vous a collé une tarte en pleine poire ? s'exclama Swinburne.
Le poète contourna la barrière de livres pour venir s’asseoir dans le fauteuil en face de Burton. Son coude heurta un pile de livres et plusieurs ouvrages tombèrent par terre.
Burton lâcha un soupir.
- Pensez-vous que l'expression "coller une tarte en pleine poire" soit digne d'un poète aussi prometteur que vous ?
- Fermez-la et répondez à ma question.
- Si je la ferme, il me sera fort difficile de répon...
Swinburne se leva d'un bond.

- Richard ! s'exclama t'il d'une voix grinçante.»

L'enquête progresse aux rythmes des pièces du puzzle qu'arrive à réunir notre héros. Pendant ce temps, en temps que lecteur, on en prend plein les yeux. On visualise le Londres steampunk imaginé par l'auteur, à la fois décadent et flamboyant. Les noms célèbres et les différentes références historiques contribuent à créer une atmosphère surréaliste.

«- Mais quelle est donc cette créature, capitaine Burton ?
- Un homme, j'en suis maintenant persuadé. Et un fou, qui plus est.
- C'était celui que j'ai vu le jour de l'assassinat ?
- Je ne pense pas. Il ne m'a pas semblé assez âgé.
- Dieu du ciel ! cette affaire est vraiment trop étrange ! Que s'est-il passé dans le bois ?
- Il m'a raconté des choses sans queue ni tête. Il a dit que j'appartenais à l'époque victorienne.
- Qu'est-ce que cela signifie ?

- Je n'en ai pas la moindre idée, mais je suppose qu'il y a un lien avec le nom de notre défunte reine. Il a dit que si nous l’empêchions de faire ce qu'il à faire, tout resterait ainsi. Il a dit qu'il avait besoin de réparer.»

La suite du livre est consacré à l'histoire du point de vue de Spring Heeled Jack, puis à l'affrontement final. J'ai été moins séduit.
L'aspect technologique devient plus important et prend l’ascendant sur les personnages. Attention, ce n'est pas désagréable à lire, loin de là. Mais après le feu d'artifice initial, je m'attendais à mieux. C'est efficace mais pas passionnant. L'alchimie initiale se désagrège, consumée par la folle histoire Darwin/Brunel qui n'est pas arrivée à me convaincre.

Pour conclure, L'Étrange affaire de Spring Heeled Jack me laisse une impression d'inachevé. Un univers passionnant, des personnages hauts en couleur mais une histoire qui n'a pas su me convaincre sur la longueur. Pour les curieux.

Note : 6,5/10

vendredi 24 janvier 2014

Asterix chez les Pictes - Jean-Yves Ferri & Didier Conrad

Asterix chez les Pictes - Jean-Yves Ferri & Didier Conrad
Asterix chez les Pictes
Jean-Yves Ferri & Didier Conrad

Le Village d’Astérix enneigé se remet doucement d’un hiver glacial comme jamais, quand Astérix et Obélix font la plus étonnante des découvertes : un jeune homme enfermé dans un glaçon, échoué sur la plage ! Panoramix est formel : il s’agit d’un Picte. Mais qui sont les Pictes ? Des peuples de l’ancienne Ecosse, redoutables guerriers aux multiples clans, dont le nom, donné par les Romains, signifie littéralement « les hommes peints ». Astérix chez les Pictes, c’est donc un voyage épique, en compagnie de Mac Oloch et de la belle Camomilla, vers une contrée riche de traditions. Au fil des pages, on découvre un peuple attachant dont les différences culturelles se traduisent en gags et jeux de mots mémorables. De l’eau de malt, des noms en Mac, des lancers de tronc, des bardes adeptes de la cornemuse, les origines du mur d’Hadrien et du monstre du Loch Ness sont dévoilés ! Et même des Gaulois en kilts, par Toutatis !

Et oui, vous lisez bien, moi aussi j'ai craqué et décidé de lire le dernier Asterix. Ou dois-je dire le premier Asterix nouvelle génération. Exit Uderzo, le dernier créateur vivant de ce monument de la bande dessiné. Et il faut reconnaître que c'est un soulagement vu la qualité médiocre des derniers opus. Voyons voir si les nouveaux seront à la hauteur de leurs aînés et de nos espérances !

Première constatation, pas de révolution dans le trait, je suis incapable de faire la différence entre le dessin de Didier Conrad et celui d'Uderzo. Cela me convient parfaitement, ce n’était pas la qualité des dessins qui faisaient défaut aux dernières aventures de notre petit gaulois mais bien le scénario. 


Asterix chez les Pictes - Jean-Yves Ferri & Didier Conrad


Donc le scénario, la où tout le monde attendait ce nouvel Astérix, réussi ou pas ?
Je dirais qu'a défaut d’être un tome inoubliable, Astérix chez les Pictes est arrivé à me séduire. J'y ai retrouvé la fraîcheur et l'humour des premiers tomes. On suit avec plaisir les aventures de Mac Oloch et de nos 2 Gaulois. Peut-être est-ce un peu trop classique, l'arrivée d'un étranger au village d'irréductibles Gaulois suivi des aventures d'Astérix et Obélix pour ramener celui-ci et rétablir la justice. C'est vu et revu mais ça marche encore. 
L'humour si caractéristique, fait de jeux de mots et de situations improbables, est bien présent. Le monstre du Loch Ness fait une loutre joueuse de premier ordre !


Asterix chez les Pictes - Jean-Yves Ferri & Didier Conrad

Pour conclure, Astérix chez les Pictes m'a réconcilié avec la série. Vous n'y trouverez ni chef-d'oeuvre ni révolution mais une bonne appropriation de l'univers. J'aimerais que pour la suite les auteurs s'éloignent un plus de la trame de base pour nous livrer une oeuvre à la fois fidèle à l'esprit de la série mais également originale et innovante.

Note : 7/10


jeudi 16 janvier 2014

Le temps des changements - Robert Silverberg

Le temps des changements - Robert Silverberg
Le temps des changements
Robert Silverberg

Sur la planète Borthan se perpétue une société étrange. Elle interdit à quiconque de dire «Je». Toute manifestation d'individualité y est proscrite comme obscène.

Mais pour Kinal Darrival vient le temps des changements, annoncé d'abord par Schweiz, le marchand venu de la Terre, tentateur et familier d'autres usages.
Et ensuite précipité par la drogue de Sumara grâce à laquelle on peut explorer les profondeurs de son inconscient et connaître son véritable désir.
Kinal découvre en lui la passion de braver l'interdit, puis la force de renverser à jamais le tabou majeur de son univers. Au prix de la révolution.

Le Temps des changements est l'une des œuvres majeures d'un des plus grands écrivains américains de science-fiction, Robert Silverberg.

Un incontestable classique.

Avant de parler du livre, je voudrais remercier Le Livre de Poche pour m'avoir permis de le lire dans le cadre d'un partenariat !

Robert Silverberg est incontestablement un des plus grands auteurs de science-fiction. Il a écrit de nombreux chefs-d'oeuvre et obtenu plusieurs prix. J'ai souhaité lire Le temps des changements (prix Nebula du meilleur roman en 1971) parce que ses livres Les Monades urbaines et Les Ailes de la nuit m'ont particulièrement marqué.

L'histoire se passe sur la planète Borthan. Une planète où le plus grand tabou est de parler de soi.

« - Ce tabou qui vous interdit de parler de soi, me demanda Schweiz une autre fois, pouvez-vous me l'expliquer ?
- Vous voulez dire l'interdiction de prononcer je et moi ?

- Pas tellement ça mais plutôt l'ensemble du système de pensées qui vous fait nier qu'il existe des choses telles que le je et le moi, répondit-il. Cette nécessité où vous êtes de garder secrète en tout temps votre vie privée, sauf avec vos frères et vos sœurs par le lien et vos purgateurs. Cette coutume qui vous pousse à ériger autour de vous des murs si solides qu'ils affectent même votre grammaire. »

Kinal Darrival est le fils cadet du Septarque de Salla, une des régions les plus riches de Borthan. Il est promis à un bel avenir. L'histoire est son journal, un journal qu'il rédige caché dans le désert alors que son peuple le recherche pour le mettre à mort. Il va nous expliquer comment un riche jeune homme est devenu un "montreur de soi". 

Le talent de Robert Silverberg n'est plus à démontrer et Le temps des changements fait partie de ses livres de grande qualité.

Il nous plonge dans une société complexe où toute individualité est bannie par peur de l’arrogance. L'histoire est racontée à travers le journal du personnage principal, Kinal Darrival. Petit à petit, on découvre par ses yeux la société dans laquelle il vit. C'est un modèle qui peut paraître dans un premier temps séduisant et altruiste, mais on s’aperçoit vite qu'une société basée sur la négation de soi ne peut au final qu’entraîner frustrations et douleurs. Les gens y vivent comme des ombres, détachés de tout et donc insensibles à l'amour et au bonheur.

Les personnages sont d'une grande complexité. Leurs sentiments sont parfaitement décrits. On comprend leurs choix, leurs peurs, leurs douleurs et bien entendu leur actions. J'ai pris beaucoup de plaisir à suivre le personnage de Kinal. Au début, il n'a rien d'un héros. C'est un personnage hésitant et malheureux. Mais, au fil des pages, les caprices du destin l'obligent à grandir, et il se retrouve presque malgré lui entraîné dans Le temps des changements. 

On fait inévitablement le parallèle avec notre monde à l'époque où ce texte a été écrit. On sent l’influence de mai 68. Le moi plutôt que la machine impersonnelle de la société, l'usage des drogues pour s'ouvrir aux autres. Même si ce message peut paraître daté sur certains points, la drogue notamment, il apparaît encore d'actualité concernant la place de l'homme dans la société. 

Pour conclure, Le temps des changements est un roman engagé. Malgré ses 40 ans, il reste en bien des points percutant. Un roman à lire indiscutablement.

Note : 8/10


mercredi 8 janvier 2014

Rêves d'orchidées - Cédric Janvier & Cathy Delanssay

Rêves d'orchidées - Cédric Janvier & Cathy Delanssay
Rêves d'orchidées
Cédric Janvier & Cathy Delanssay

Réelles et irréelles,
Extraordinaires et mystérieuses,
Venez découvrir ces joyaux floraux,
Ecoutez leurs récits féériques,
Si vous l'osez, venez rêver...

d'orchidées.







Avant de parler du livre, je voudrais remercier les éditions Balivernes pour m'avoir permis de le lire dans le cadre d'un partenariat !

J'ai été attiré par cet ouvrage à cause des dessins de Cathy Delanssay et du thème que j'ai trouvé original. Le livre nous présente 11 orchidées. Pour chacune d'entres elles, nous avons droit à une représentation botanique, un poème et une grande représentation féminisée de la fleur (sur une double page qui se déplie).


Rêves d'orchidées - Cédric Janvier & Cathy Delanssay

Les dessins sont, comme toujours avec Cathy Delanssay, superbes. Il y a beaucoup de délicatesse et de poésie dans ses représentations fantasmées d'Orchidées. 
Cette artiste arrive à émerveiller ma petite famille à chacun de ses ouvrages. Je vous conseille d'ailleurs, si le livre des orchidées vous plaît, de ne pas passer à coté du très bon Le Murmure des Dieux.


Rêves d'orchidées - Cédric Janvier & Cathy Delanssay

Rêves d'orchidées est destiné aux 10 ans et plus. Le thème (la protection de la flore), les informations botaniques et le niveau littéraire des poésies le rendront complexe à appréhender pour les plus jeunes.

Typhaine, ma fille de 8 ans, a beaucoup aimé. Elle a particulièrement apprécié les dessins féeriques et le parallèle entre les femmes et les fleurs. Elle est passé à coté de certaines poésies, mais je ne doute pas qu'elle reprendra le livre dans les prochaines années pour les apprécier pleinement. Elle est très sensible à la protection de la nature et le message en fin d'ouvrage lui a beaucoup plu.

Kelian, qui n'a que 6 ans, s'est contenté d'admirer les images : "J'ai passé un bon moment, j'ai bien aimé les images mais pas trop les textes". Il est encore trop jeune pour bien les comprendre. On verra dans quelques années.

Pour conclure, Rêves d'orchidées est un très bel ouvrage. Les textes comme les dessins sont superbes. Je pense qu'un enfant de 8 ans peut déjà bien profiter de ce livre mais ce sont les 10 ans et plus qui en saisiront toute la profondeur. Et c'est aussi un très beau cadeau à faire aux passionnés d'orchidées (comme ma femme, dont vous pouvez apercevoir la collection de fleurs ci-dessus). 

Note : 8/10

mercredi 1 janvier 2014

Le Dernier souper et autres nouvelles - Shûsaku Endô

Le Dernier souper et autres nouvelles - Shûsaku Endô
Le Dernier souper et autres nouvelles
Shûsaku Endô

Quel terrible secret de son passé Tsukada tente-t-il d'oublier - ou d'expier - en buvant ? Comment un prêtre ocidental, profondément croyant en apparence et qui convertit les Japonais de son entourage, devient-il un défroqué ? Quelle place notre vie laisse-t-elle à la mort ?

Au cœur d'un Japon tourné vers l'avenir, Shûsaku Endô essaie de réconcilier traditions ancestrales et enseignement catholique, péché et obsession du rachat, souffrance et courage.







Ce livre, je l'ai choisi sur un coup de tête. Je cherchais quelque chose de court avant les fêtes et j'avais envie de relire de la littérature japonaise. Je n'avais pas lu la quatrième de couverture, c'est donc avec surprise que j'ai découvert des nouvelles traitant du catholicisme au Japon. Avec un peu de naïveté, je n'imaginais pas l'association du catholicisme avec la culture japonaise. Après la lecture de ce recueil, j'en connais à peine plus. 

En effet, les deux premières nouvelles ont bien comme sujet principal la religion catholique. Mais  la première, Les ombres, traite du sentiment de trahison qu'éprouve un fidèle lorsque le prêtre qui a toujours suivi sa famille rompt ses vœux. La nouvelle est rédigé sous la forme d'une lettre de ce fidèle au prêtre. C'est intéressant mais pas passionnant. 

La deuxième nouvelle, Le retour, a pour thème le deuil "catholique" et ses contradictions par rapport à la vie japonaise du milieu du XXème siècle. Plutôt quelconque, cette nouvelle se laisse lire.

Une troisième nouvelle vient conclure ce livre : Le dernier souper. Dès ses premières pages, on comprend qu'on a affaire à un texte d'une toute autre envergure. La religion n'y est pas le thème principal, on effleure à peine le sujet à la fin de l'histoire. Le dernier souper parle de l'homme et de ses tourments, comme le font souvent si bien les auteurs japonais. L'histoire de Tsukada et la révélation de son passé sont passionnants. L'auteur dose parfaitement les révélations jusqu’à un final très réussi. Un texte fort qui ne laissera personne indifférent.

Le Dernier souper et autres nouvelles est un recueil assez hétérogène avec deux textes plutôt quelconques et un troisième excellent. Pour ce dernier texte et en raison d'un prix très abordable, je vous conseillerais tout de même cette lecture.

Note : 7/10
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...