jeudi 13 septembre 2012

L'Etoile du Matin - David Gemmell


L'Etoile du Matin
David Gemmell

Je me nomme Owen Odell et je vais mourir…
J’ai vécu trop longtemps et j’ai vu trop de choses. Je fais partie de la légende. Avant de quitter cette enveloppe charnelle, je voudrais me souvenir une dernière fois et raconter l’histoire telle qu’elle s’est réellement passée ; et pas comme les gens la racontent aujourd’hui au coin du feu. Car j’ai bien connu Jarek Mace, celui qu’on appelait alors l’Étoile du Matin. Le dernier héros des Highlands. Le libérateur. J’étais à ses côtés lorsqu’il a combattu les rois Vampyres et s’est dressé face à l’envahisseur angostin.
J’étais barde et je connais sa légende par cœur. C’est moi qui l’ai écrite. Mais j’ai laissé de côté la vérité. L’Etoile du Matin n’était pas ce héros aux cheveux blonds et aux yeux bleus débordant de bonté tel qu’on le chante aujourd’hui. Jarek Mace était un voleur doublé d’un menteur, un homme qui aurait égorgé sa mère pour le prix d’un bon repas.
Ceci est l’histoire d’un homme.
L’histoire d’une rédemption…

Jarek Mace était un bandit de grand chemin et un séducteur sans scrupule. Comment peut-il être ce héros chanté par tous les bardes ?
Owen Odell, au crépuscule de sa vie, se souvient de sa rencontre avec Jarek, de la rédemption de cet homme égoïste ballotté par un destin qui le dépasse. Découvrez comment une simple conversation entre Owen, alors jeune barde idéaliste, et Jarek va changer à jamais la vie de Jarek et l'histoire des Highlands.

Gemmell est un auteur étonnant car dans un registre fantasy guerrière, il n'a pas son pareil pour me faire vibrer pour ses personnages. Ce livre ayant de plus la particularité d'avoir été écrit à la première personne, ma curiosité et mon attente étaient fortes.
La narration à la première personne m'a tout d'abord dérouté. La mise en place aidant, il m'a fallu une vingtaine de pages pour rentrer dans l'histoire.
Puis sans prévenir, j'ai été happé par l'univers de Gemmell. Les batailles et autres faits d'armes ne sont qu'accessoires. Ici, nous plongeons dans l'âme des protagonistes. L'histoire de ces hommes et ces femmes est exceptionnellement poignante.
Jarek est un personnage attachant, un anti-héros sympathique malmené par son destin.
La relation explosive entre Jarek et Owen, que tout oppose, est un délice.

Vous l'aurez compris, nous sommes bien loin d'aventures héroïques où les héros sont indestructibles et où, à la fin, ils partent sur de blanc destriers. Ici, nous explorons l'envers du décor.
Car comme le dit Owen dans le livre, si les rois disaient ce qu'ils ont réellement à l'esprit avant une bataille, cela ressemblerait plutôt à ça :
"Très bien, les gars,aujourd'hui on va se battre pour que j'ai le droit de voler l'or que je veux. Les ennemis sont des hommes comme vous. De bons bougres, probablement avec des femmes et des enfants dans leur foyer. Et à la fin de la bataille, quand j'aurai plus de richesses qu'il ne sera humainement possible de dépenser dans toute une vie, la plupart d'entre eux - et en fait, la plupart d'entre vous également - seront bouffés par les vers ou impotents. En fait, il vaudrait mieux être mort, franchement, parce qu'une fois que vous ne pourrez plus porter d'épée, vous ne me servirez plus à grand chose. Allez, les gars. Rentrons-leur dedans !"

Pour conclure, j'ai adoré ce livre et je le conseille à tous. 

Note : 9/10

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...