lundi 13 octobre 2014

Interview "Musique, écriture et création" #4 : Devon Graves

Interview de Devon Graves
Interview de Devon Graves

Pour cette interview, je vous propose de voyager. Nous accueillons en effet l'artiste américaine Devon Graves.

Après une enfance au Kentucky, elle part étudier la musique dans le berceau de la country à Nashville. Un échange universitaire lui permettra de découvrir la France et ...le grand amour. Après avoir fini ses études, elle enrichit son expérience musicale au sein du groupe « Mosaic », qu'elle crée avec cinq amis. Trois albums plus tard, elle revient en France. Son premier album solo "Du Tennessee à Paris" sortira le 13 Octobre.

Une réussite indéniable, à se procurer au plus vite !


Bonjour Devon,

Ton premier album solo « Du Tennessee à Paris » va sortir le 13 octobre en France. Je l’ai écouté plusieurs fois et je le trouve excellent. Avant cet album, tu avais déjà vécu, sur le sol américain, la sortie de 3 albums avec le groupe Mosaic. Vis-tu ce moment différemment ?
C’est une aventure. J’essaye de profiter chaque seconde de chaque expérience. Merci d’avoir écouté mon album, ça me touche beaucoup que vous l’appréciez car j’y ai mis beaucoup de moi, j’y ai mis mon âme. J’ai très très hâte qu’il sorte. Ça fait 2 ans qu’on travaille dessus. Il y a des chansons dans cet album que j’ai écrit à 16 ans. C’est agréable de le voir enfin arriver.


Y-a-t-il des différences importantes entre sortir un album en France ou aux États-Unis ? Si oui, lesquelles ?
La vraie différence, c’est que je sors un album en solo plutôt qu’avec un groupe.
Ce sont de très belles expériences dans les deux cas. Quand je faisais partie de « Mosaic », c’était un travail de groupe. Tout le monde était compositeur. Tout le monde participait aux arrangements. Les décisions étaient prises en commun.  On était et on est toujours très fiers de nos albums et de tout ce qu’on a fait ensemble.
Mais ça fait plaisir aussi d’être la patronne (rire), de prendre les décisions moi-même. Cela m’a permis de trouver mon propre style, mon propre univers. Cet album représente la personne que je suis.

Tu as étudié la musique à Nashville, une ville renommée dans le monde entier pour la musique et plus particulièrement la country. Est-ce dur de passer de l'Ouest américain à Paris ?
Ouuui. Enfin, oui et non. Quand je suis arrivée ici, je m inquiétais un peu car cette musique country folk est vraiment ancrée en moi. J’ai grandi dans le Kentucky, un État américain connu pour le bluegrass, une musique encore plus spécifique que la country. En venant ici, je ne savais pas si les gens aimeraient ce style ou pas. C’est un plaisir de le faire découvrir aux Français qui ne le connaissaient pas, surtout que la plupart ont beaucoup apprécié. C’est justement parce il y a beaucoup moins de gens qui font de la country ici que j’ai pu rencontrer plein de personnes qui aiment beaucoup ma musique.


Interview de Devon Graves


Qu’as-tu fait depuis que tu es arrivée en France ? Musicalement parlant.
Depuis que je suis en France, je fais autant de scènes que possible car j’adore jouer la musique en live. Pour moi, c’est une façon de partager mes expériences, mes émotions et j’adore ça. Ça me passionne. Depuis 2 ans, je fais beaucoup de scènes à Paris mais je me suis également déplacée en province. Maintenant que l’album va sortir, je fais beaucoup de scènes promotionnelles. Le week-end dernier, j’ai fait un concert qui était organisé par la radio Tendance ouest. Il y a avait des supers artistes comme Vianney, Sophie-Tith, Brice Conrad ou Malo'. C’était génial. J’ai beaucoup apprécié cette soirée.
J’ai aussi joué dans le sud de la France dans le cadre des championnats du monde de sauvetage en mer 2014. Pour l’occasion, ils ont organisé une grande scène avec plein d’artistes différents. J’y ai passé un très bon moment.

Et pour le futur ? Des scènes sont déjà prévues ?
Je vais faire 2 showcases. Je serais le 17 octobre à Caen et le 18 octobre à Gennevilliers. Puis ce sera Paris le 23 octobre, au Divan du Monde. J’ai vraiment hâte pour cette date car ça marquera à la fois la sortie de cet album et les 2 ans de ce projet. Je veux partager ça avec tous les gens qui seront présents. 
Dans les mois qui suivent, j’espère faire d’autres concerts qui me permettront de  présenter mon album dans autant de salles que possible.

Je voudrais maintenant parler avec toi du processus de création et de tes inspirations.
Pour toi, "écrire" c'est raconter une histoire ou se mettre à nu ?
C’est les deux. La plupart du temps, je suis inspirée par la vie, par les gens que je rencontre, par des moments, des souvenirs, des émotions, des saisons… Il y a plein de choses dans ma vie qui m’inspirent. Et à chaque fois que j’écris une chanson, je raconte une histoire. Souvent c’est une histoire vraie, un moment que j’ai vécu. Des fois c’est juste mon imagination. Je suis inspirée par quelqu’un et j’imagine son histoire, sa vie.  À chaque fois que je suis inspirée, à la base je ressens une émotion. C’est quelque chose que je ne peux exprimer que par la musique. 


Interview de Devon Graves


De quelle manière travailles-tu tes chansons ? Tu écris le texte puis tu le mets en musique ?
Je connais beaucoup de musiciens qui commencent par écrire la musique et qui écrivent ensuite les paroles. Pour moi, c’est l’inverse. J’écris d’abord l’histoire, d’abord les paroles. Ensuite, je trouve la mélodie qui va convenir à l’histoire que je raconte. Souvent, au moment où je commence à écrire, il y a une mélodie qui me vient. 
En général, j’écris toute seule. J’écris rarement avec d’autres personnes mais c’est une belle expérience aussi.

Le choix du single était-il évident pour toi ?
Non. J’adore tellement mon album, j’adore tous les titres. Pour moi chaque titre peut être un single. Finalement avec mon équipe, chez My Major, on s’est dit qu’il y avait 3 titres qui conviendraient. Pour les départager, j’ai demandé à mes contributeurs. Ils se sont investi dans le projet et connaissent bien ma musique. Un grand nombre a voté pour « Crossroads » et je leur fais confiance.

L'essentiel de l'album est en anglais mais « Paris-Tennessee » est en français. N'as-tu pas peur de dérouter tes fans ?
En fait, j’ai choisi de faire ma carrière musicale en France. J’avais envie d’avoir au moins un titre dans cette belle langue. Un titre qui pourrait parler directement aux Français dans leur langue. Je trouve ça évident et je pense que plus d’artistes devraient faire la même chose. C’est un plaisir de chanter en français et surtout de chanter « Paris-Tennessee ». C’est une chanson qui me représente, qui parle de mon histoire, de comment je suis venue en France.



Ma chanson préférée est « Crossroads ». Comment t'est venue l'inspiration ?
J’ai écrit « Crossroads » à une période où j’avais beaucoup de mal à prendre une décision importante. Quand on regarde mon clip sur Internet, la décision en question est évidente.  Je pensais à pleins de choses. Est-ce que je viens en France ? Est-ce que je quitte mon pays ? Est-ce que je change complètement de vie ? Est-ce que je quitte mon groupe de musique ? Est-ce que je quitte tout ce que je connais ? Tout ça pour poursuivre un rêve. C’était très dur. Les décisions les plus difficiles sont souvent quand vous avez le choix entre deux bonnes choses. C’est la croisée des destins. C’est ce que j’essaye d’exprimer avec ma chanson et dans mon clip.



Parle-nous du clip ?
J’ai filmé le clip à Palm Springs en Californie pas loin de Los Angeles. C’était la première fois que j’allais dans cette ville. J’ai écris le scénario puis le réalisateur Nicolas Davenel y a mis sa touche. Le clip raconte l’histoire d’une fille qui travaille dans un diner, dans une petite ville. Elle rêve de partir pour faire de la musique. Je voulais que tous les gens puissent s’identifier à elle. Dans le clip, l’imaginaire se mélange à la réalité. La fille se voit chanter sur une scène mais en réalité elle travaille encore dans le diner.

Quelles sont tes sources d'inspiration ?
Mon inspiration a plein de sources différentes : mes expériences, les gens que je rencontre. Les gens sont fascinants.  Chaque personne a sa propre histoire. Je suis aussi inspirée par le temps qui passe, par les saisons. Je trouve que quand on voyage, quand on est loin de ce que l’on connait, on se pose beaucoup de questions. Des questions comme : Qui suis-je ? Comment trouver mon identité ? J’écris beaucoup en France car je suis loin de ma famille et de ma culture.

Parlons maintenant, si tu le veux bien, de livres.
Es-tu une lectrice ? Si oui, que lis-tu ?
Oui, je lis énormément et ce depuis ma jeunesse. C’est une de mes passions.

Parles-nous de tes premières lectures ?
C’était des livres que j’avais piqués à ma grande sœur. Elle adore lire aussi. Elle m’avait dit que j’avais pas le droit de lire ses livres. (rire)


Interview de Devon Graves


Et quels auteurs lis-tu ?
J’adore Ernest Hemingway, John Steinbeck, Kurt Vonnegut, Michael Chabon,… Il y en a beaucoup. Et bien sur, j’aime également Harry Potter. Je suis une grande fan.

Si tu devais choisir un livre à emmener avec toi en tournée, ce serait lequel ?
Les 7 livres d’Harry Potter. Il me faut un grand sac à dos. Quand je partais en tourné avec « Mosaic », j’avais toujours un sac à dos de livres avec moi. Finalement, quelqu’un m’a offert un Kindle pour que je puisse voyager avec tous les livres que je veux. 
Je viens de terminer « Game of Thrones ». Ça m’a pris beaucoup de temps mais ça valait le coup !

Dans ta bio sur le site de My Major, j'ai vu que tu avais écrit des essais, des poèmes et bien entendu des chansons. Hormis des chansons, écris-tu encore ?
J’écris essentiellement des chansons mais je suis allée plusieurs fois à Paris dans un groupe de gens qui s’appelle SpokenWord. C’est un groupe d’écriture, chacun s’exprime d’une façon différente. Pour le moment, je m’exprime par la musique mais j’aimerais également écrire sous d’autres formats. Peut être que plus tard,  j’écrirai des nouvelles. Je ne veux pas parler de roman pour le moment car je sais que c’est beaucoup de travail. Je pense que j’écrirai toujours et dans plein de formes différentes. Des poèmes aussi mais souvent mes poèmes deviennent des chansons.

Quelle était ta vision de la France avant d’arriver à Paris ? Ta vision de petite fille du Kentucky ?
C’étaient tous les stéréotypes de la France. C'est-à-dire des gens avec une baguette sous le bras et qui prennent un petit vélo. (rire). Une vision très romantique. La tour Eiffel… J’imaginais les gens qui dansent dans la rue. Et bien sur, l’histoire, les bâtiments très vieux, les châteaux, les trucs comme ça… Je n’ai pas été déçue en arrivant en France car il y a tout ça. Les gens mangent des baguettes. (rire) Chez moi le pain n’est pas bon, personne ne mange ça.


Interview de Devon Graves


C’est quoi ton coin favori de France ?
C’est dur. Au plus je voyage en France, au plus je trouve ce pays magnifique. Vous avez vraiment de la chance parce qu’on peut le traverser si on conduit toute la journée. On peut aller à la mer ou dans les montagnes. 
J’ai passé du temps à Annecy. Mon mari, mon copain à l’époque, était là-bas et j’ai adoré cette ville. Je trouve que c’est une ville magnifique. Il y a le lac, les montagnes. On peut faire des randonnées. On peut skier. Et en plus, on n’est pas loin de la mer ! J’aime beaucoup ça. 
J’aime aussi beaucoup la Bretagne parce que c’est ma région d’adoption.

Quels artistes français te plaisent particulièrement ?
Il y en a beaucoup. Ma première découverte, ça a été Gainsbourg et Edith Piaf. Ça me fait toujours plaisir de les écouter. En ce moment, je viens de découvrir Vianney et j’adore sa musique. Je l’ai vu sur scène et il m’a beaucoup impressionné. 
J’aime aussi les acteurs très connu comme Jean Dujardin. En ce moment les Américaines sont amoureuses de lui parce qu’il est trop fort. Une des premières séries que j’ai vu en français est « un gars une fille » et j’adore ça. Je trouve que c’est très marrant.

Tu reprends « La Javanaise » sur ton album, pourquoi cette chanson ?
Pour le plaisir. Parce que c était une de mes premières découvertes.

Tu peux nous chanter un couplet pour nos lecteurs ?



Pour toi, quelle chanson française représente la France ?
C’est dur. J’adore « L’hymne à l’amour » d’Edith Piaf. Cette chanson, à chaque fois que je l’entends, j’ai envie de pleurer. C’est touchant. C’est sa voix, sa passion et pour moi ça c’est la France.

Une dernière question. Qu’est ce qu’on devrait faire pour que les Américains aiment la France ?
Il n’y a rien à faire. Les Américains aiment la France. C’est fait !

Est-ce que tu aimerais être ambassadrice de la France aux Etats-Unis ?
Ohhh ! De la France ? Avec plaisir.

Et tu ferais quoi ?
J’aiderais les gens à découvrir la France. C'est-à-dire que je les aiderais à savoir comme faire la partie administrative pour venir. Des fois, ce n’est pas évident. Mais surtout, je les encouragerais à venir. Des fois, les gens se disent que ça coûte trop cher, qu’ils ne connaissent pas la langue ou qu’ils ne sont pas assez courageux, mais vraiment ça vaut le coup.



Merci Devon.



Interview réalisé en collaboration avec Bertrand Kaleta, chargé de promotion chez My Major Company.

Pour en savoir plus :
Page de Devon Graves : http://devongravesmusic.com/
Page Facebook : https://www.facebook.com/DevonGravesMusic/info
Page My Major Company : http://www.mymajorcompany-label.com/devon-graves
Twitter : https://twitter.com/graves_devon


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...