lundi 8 septembre 2014

Interview "Musique, écriture et création" #3 : Zach Février

Interview de Zach Février
Zach Février - (c) Dimitri Simon
Interview de Zach Février

Pour la 3ème interview musicale, je vous propose de partir à la découverte d'un jeune artiste belge : Zach Février

Son premier album "Le monde réel" est sorti le 1er Septembre et aborde des thèmes comme la peur de vieillir, la soif de réussir ou la télé-réalité. Au travers de chansons tantôt drôles, tantôt touchantes ou sarcastiques, il nous fait découvrir son univers doux-amer. 

Le premier album de Zach a su me séduire, et vous ?



Bonjour Zach,


Ton premier album « Le monde réel » est sorti le 1er septembre. Comment vis-tu ce moment ? Soulagé, stressé, euphorique ? 
Plutôt soulagé, ça veut dire que la première phase, le lancement de l'album, la production, est terminée. On peut passer aux choses sérieuses. C'est-à-dire faire découvrir cet album à ceux qui vont avoir envie de l'écouter. Je suis content que ce nouveau travail commence, de faire découvrir mon univers à un maximum de personnes.

Quelles sont maintenant tes prochaines échéances ? La promotion ? 
En premier, toutes les interviews. Après, il y aura un concert à Liège en Belgique pour présenter l'album aux médias belges et à ceux qui ont envie de me voir chanter en live. Ensuite je serai le 23 octobre à Paris au « Divan du monde » également pour présenter l'album.

As-tu d'autres concerts de prévus  ? 
Je pense qu'il y aura également pas mal de choses qui vont arriver par la suite. On va rentrer aussi dans les démarches pour participer à des festivals en Belgique et en France. Cela va venir au fur et à mesure. On va essayer de prévoir un maximum de choses.

Il est maintenant temps de mieux te connaitre. Parlons du processus de création et de tes inspirations. 
De quelle manière travailles-tu tes chansons ? Tu écris le texte puis tu le mets en musique ?
En fait, je m'inspire toujours d'un thème qui m'intéresse. Ça peut être quelque chose que j'ai vu et que je note sur un calepin ou quelque chose de plus immédiat. Dans tout les cas c’est quelque chose que j’observe et dont j’ai envie de parler.
Le fonctionnement à proprement parler, ça dépend, ce n’est pas toujours le même. J’ai souvent des musiques qui traînent avec des mélodies et puis je me dis que cette musique pourrait convenir pour un thème. Parfois, il m’arrive aussi d’écrire une chanson sans aucune mélodie. Je l’écris après. Ça peut partir dans plusieurs sens.


Interview de Zach Février
Zach Février - (c) Dimitri Simon

Dans cet album plusieurs chansons parlent du star-système (Star, People). Que penses-tu de l'évolution de ton métier ? 
Ça peut être positif pour certaines personnes et négatif pour d'autres. J'ai l’impression que pour ceux qui ont envie d’exprimer leurs idées, de partager des choses réellement musicales, c’est un peu plus compliqué. Aujourd’hui, il faut parfois mieux être people qu’écrire une belle chanson car c’est plutôt ça que les médias vont mettre en avant. 
Après, pour ceux qui on envie de faire parler d’eux, ils sont People et ça fonctionne. C'est un mode de fonctionnement qu’il faut revoir. Il faut essayer de s’adapter quand on est en promotion. C'est compliqué mais c’est le marché dans lequel on est et il faut faire avec.
Il faut utiliser ses armes à soi, ses capacités et ses points positifs pour essayer de faire parler de son projet.

Ma chanson préférée est « La science infuse ». C'est une chanson qui devrait parler à beaucoup de personnes. Comment t'est venue l'inspiration ? Pensais-tu à une personne en particulier quand tu l'as écrite ?
On pense toujours à une personne en particulier mais je ne vais pas la citer. Je me suis rendu compte que c'est un phénomène plus ou moins général. Quand on est dans une conversation, on a toujours tendance à vouloir donner notre avis. À vouloir montrer que c'est notre avis qui est le bon... Après il y en a qui le font beaucoup plus que d'autres et ceux-là peuvent être beaucoup plus énervants.
On est quand même chacun un petit peu dans cette politique-là. Donc voilà, c'est une autocritique et en même temps une critique des autres.




Ça peut être qui dans la vie de tout les jours ?
Ça peut être n'importe qui dans la vie de tous les jours. Un politicien qu'on regarde à la télé, quelqu'un de votre famille, un ami à vous, votre patron ou votre enfant. 
Peu importe, des gens comme ça il y en a partout. Parfois ça passe et parfois ils sont très énervants. De mon côté, je ne suis pas particulièrement fan des gens qui ne se remettent pas en question quand on est dans une discussion.
Chacun a son avis mais parfois il faut seulement savoir écouter les autres.

La 9ème piste "Seniev sem snad gnas not" est une piste entièrement instrumentale. Elle est très réussie d'ailleurs. D'où vient ce titre ?
Ce n'est pas vraiment un titre de chanson. La chanson précédente s'appelle "Ton sang dans mes veines" et simplement ici c'est le titre de la chanson qui est mis à l'envers. 
Cette chanson est la suite de "Ton sang dans mes veines". Elle pourrait faire partie de la même piste. A la limite, ces deux chansons, il faut les écouter d'un trait.
Elle relate l'émotion de la chanson. C'est une chanson qui parle de la relation entre un père et son fils. C'est une chanson plutôt soft mais après j'avais envie que les gens ressentent qu'il y avait une colère dans le fils quand il raconte son histoire. L'instrumental m'a été inspiré par cette colère. J'ai eu des images et je me suis dis que cela ferait une belle suite pour la chanson.

Quelles sont tes sources d'inspiration ?
Plein de choses mais surtout l'être humain. J'aime bien parler des relations humaines, du comportement. Des observations de tous les jours, autour de moi ou à la télévision, que je note sur des calepins car je me dis que ce serait intéressant d'en parler.
J'adore regarder les gens, voir comme ils fonctionnent. Regarder simplement sans être voyeur. Je trouve l'être humain super intéressant. 
Souvent, quand j'ai un thème, je cherche des informations sur internet ou dans des bouquins pour essayer d'approfondir des sujets, voir un peu ce qu'on en a dit et approfondir…
Une chanson c'est relativement compliqué car ça doit être assez court, 3 ou 4 minutes. Il faut savoir résumer dans un texte des idées. Parfois quand on a envie de développer, on pourrait partir dans des textes qui font des pages mais il faut résumer en quelques paragraphes.

Interview de Zach Février
Zach Février - (c) Dimitri Simon
Parlons maintenant, si tu le veux bien, de livres.
Es-tu un lecteur ? si oui, que lis-tu ? 
Je lis assez peu de romans. Je lis plutôt les journaux ou des bandes dessinées. Mais j'en lis quand même de temps en temps. En fait, je lis beaucoup de livres de psychologie parce que ça parle de l'être humain.
On réfléchit peu sur nous-mêmes, sur notre façon de fonctionner, alors qu'on dépend de plein de choses. De notre société par exemple… Il y a plein de chose qui nous influencent. C'est intéressant d’ouvrir  les yeux sur certaines choses, certains comportements.
Par contre, je vais beaucoup au cinéma. Je regarde beaucoup de films. C'est moins exigeant. 

Si tu devais choisir un livre à emmener avec toi en tournée, ce serait lequel ?
Je prendrais Le Chat de Philippe Geluck.

Tiens c'est marrant, parle-nous un peu de ça. Tu es de la région de Liège, de Verviers pour être précis. Pourquoi le Chat ?
J'adore l'humour de Geluck. Parfois, je me demande comment il a pensé à ca. Il a de la répartie. Et puis, c’est un peu de l’humour noir. C'est très réussi, à chaque album du Chat, moi, je me régale. Chaque fois que j'en relis un, je rigole. Je trouve que c'est vraiment super bien trouvé. En tout cas c'est quelque chose de positif. C'est de l'humour belge, ça fait peut être rire que moi. Mais quand on est un peu déprimé, on lit Le Chat et ça fait rire.

Est-ce que tes lectures sont sources d'inspiration ou pourraient l'être ? 
Oui, pour les livres de psychologie. Les films encore plus.
Interview de Zach Février
Zach Février - (c) Dimitri Simon
Parles-nous des films que tu aimes ?
J'aime beaucoup de choses. J'aime bien les films d'aventure ou de suspens. Plutôt américains. Sinon les films français mais dans ce cas plutôt les comédies. 

Quel est le dernier film qui t'a beaucoup plu ?
Je regarde beaucoup de films mais ce n'est pas toujours facile de trouver un film qui m'a beaucoup plu. J'ai bien aimé "La vie rêvée de Walter Mitty" que j'ai trouvé très intéressant. Il pourrait être une source d'inspiration.

Il n'est pas rare que des auteurs de romans soient également chanteurs et/ou musiciens. Est-ce que ça te tenterait d'écrire des romans ?
Je pense qu'il faut vraiment avoir un talent pour l’écriture. Développer les idées sur une nouvelle ou un roman, je ne sais pas si j'en serais capable.
Structurer un texte pour que ce soit bien écrit, j'ai peut-être pas ce talent là. Ce n'est pas quelque chose qui m'attire dans l'immédiat.
Par contre, écrire un scénario pour une BD ou un clip, pourquoi pas ? Là, j'ai des idées. 

Merci Zach.
Merci beaucoup Olivier.

Interview réalisé en collaboration avec Bertrand Kaleta, chargé de promotion chez My Major Company.

Pour en savoir plus :

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...